S’unir pour créer un partenariat méditerranéen plus fort

Blog du partenariat M6 – AMNC, Alliance for Mediterranean Nature and Culture

L’Alliance pour la Nature et la Culture en Méditerranée (AMNC) continue de se développer en s’appuyant sur nos expériences en tant que Partenariat M6, un nouveau partenariat efficace pour la conservation des paysages culturels de la Méditerranée.

Ce processus s’est reflété de manière magnifique lors de notre rencontre en personne, tant attendue, à la fin du mois de novembre 2021. Les partenaires de l’AMNC se sont réunis dans les magnifiques paysages culturels de la Camargue en France, une réserve de biosphère et un parc naturel abritant une grande diversité d’espèces animales et végétales.

Accueillis par le partenaire local la Tour du Valat et animé par le Centre de coopération pour la Méditerranée de l’UICN, nous avons organisé un atelier de renforcement des capacités de trois jours pour les membres de l’Alliance qui souhaitaient améliorer leur compréhension de l’atténuation et de l’adaptation au changement climatique, des solutions basées sur la nature et des pratiques liées au CO2 et au sol. Au cours d’ateliers interactifs, nous en avons appris davantage sur l’élaboration de plans d’action fondés sur la nature en matière de changement climatique, la définition de méthodologies pour mesurer l’impact du changement climatique et l’établissement d’une base de référence pour le suivi du changement climatique et de la biodiversité dans nos paysages culturels. Outre les apports théoriques, nous avons également eu l’occasion d’entendre des exemples plus pratiques de la part des conférenciers invités et des partenaires d’AMNC.

À titre d’exemple, Fernando Bautista d’AlVelAl a partagé une liste d’idées pratiques à mettre en œuvre sur le terrain, telles que l’élevage régénératif et les systèmes visant à augmenter le taux d’humidité des terres agricoles. Dans sa présentation, Carlos Astrain, de Gestión Ambiental de Navarra, a parlé des « systèmes de paiement agroenvironnementaux basés sur les résultats », qui permettent de rémunérer les agriculteurs en fonction de la qualité de la biodiversité sur leurs terres. Dans son exposé sur les pratiques en matière de CO2, Rosa Maria Poch Claret, de l’Université de Lleida et du Groupe technique intergouvernemental sur les sols, nous a présenté le concept de « re-carbonisation des sols au niveau mondial », qui a été suivi d’un exercice de groupe sur la surveillance du carbone dans les sols. Toutes ces connaissances précieuses ont été consolidées grâce aux présentations des partenaires qui ont expliqué comment ils abordent les questions susmentionnées sur leurs sites.

En raison de Covid-19, nous n’avions pas été en mesure d’organiser de rencontres en personne en tant qu’Alliance. Ce fut donc une grande joie de nous retrouver et de pouvoir discuter ensemble après presque deux ans.

Certains membres d’AMNC ont partagé leurs réflexions sur leurs expériences :

« J’ai vraiment apprécié de reprendre contact avec les partenaires et d’échanger sur nos expériences depuis le début du Covid. J’ai beaucoup appris sur les solutions basées sur la nature, et plus particulièrement sur la façon de mesurer et de calculer la quantité de carbone stockée dans le sol. Je vais pouvoir utiliser les nouvelles connaissances acquises lors de cet événement pour nos projets dans les montagnes du Haut Atlas au Maroc. » – Rachid, membre d’AMNC

« Il est très difficile de trouver du temps pour étudier dans notre quotidien, car nous sommes toujours occupés à organiser des activités et à respecter des délais. Il est essentiel que les travailleurs des ONG bénéficient de ce type de renforcement des capacités de temps en temps. Réservez quelques jours pour vous plonger dans un certain sujet et le partager avec des pairs d’autres organisations partenaires. Une très bonne affaire ! » – Jara, membre d’AMNC

Offrir de telles opportunités de renforcement des capacités aux partenaires de l’AMNC est une partie importante de notre travail car cela favorise le dialogue, la discussion et l’apprentissage entre pairs.

Après les ateliers, nous avons fait une excursion passionnante au domaine du Petit Saint-Jean, un projet agro-environnemental géré par la Tour du Valat. Nous avons ensuite visité la réserve naturelle de Camargue pour une observation des oiseaux, au cours de laquelle nous avons repéré une variété d’oiseaux migrateurs, dont des flamants roses. Nous apprécions toujours d’organiser des réunions et des ateliers sur les sites des projets des partenaires, car cela nous permet de mieux comprendre le travail des partenaires dans la pratique et de créer des liens plus forts.

Les deux derniers jours de notre rassemblement, nous avons tenu une réunion du comité de pilotage, partiellement en ligne afin d’inclure les membres qui ne pouvaient pas se joindre à nous en personne. Nous avons partagé des updates des projets sur les sites pilotes à Lemnos, au Liban, au Maroc, à Minorque, au Portugal, en Espagne et en Turquie. Nous avons discuté de notre plan de travail pour 2022, de nos stratégies communes et des efforts collectifs à venir pour développer notre approche commune au-delà de 2022, entre autres éléments. Nous avons également évalué collectivement nos progrès par rapport aux projets dans le cadre du plan d’action de la Fondation MAVA sur les paysages culturels méditerranéens.

Nous nous réjouissons de renforcer encore ce partenariat et de notre prochaine rencontre !

 

Article précédent

Retour

Prochain article