La finance peut-elle contribuer à la durabilité des pêcheries en Afrique de l’Ouest ?

 

Par Charlotte Gobin, Senior Partnerships Manager, Marine Stewardship Council
et Kaspar Baumann, Partenaire, Clarmondial

Aujourd’hui, le secteur de la pêche en Afrique de l’Ouest doit répondre à plusieurs enjeux en matière de durabilité, comme la surexploitation des ressources, la destruction des écosystèmes marins, la pêche illégale, une gouvernance peu transparente et le travail forcé. Dans de telles conditions, comment pouvons-nous garantir que les produits de la mer issus de cette région sont durables d’un point de vue à la fois environnemental et social ?

L’adoption de pratiques de gestion durable est impérative pour les pêcheries d’Afrique de l’Ouest mais elle ne peut se faire sans la mise à disposition de financements conséquents tant sur l’eau (par ex. pour l’amélioration des équipements) que sur terre (par ex. pour l’installation d’espace de stockage et/ou de transformation) ainsi que d’une assistance technique à destination des gouvernements locaux, associations de pêcheurs et entreprises. Même si l’intérêt des investisseurs est grandissant, les fonds d’investissement avec un portefeuille incluant le secteur de la pêche sont aujourd’hui encore peu nombreux et aucun d’eux ne cible l’Afrique de l’Ouest.

Initié par le Marine Stewardship Council (MSC) et Clarmondial, avec le soutien de la Fondation MAVA, le Projet Lead cherche à répondre à ces enjeux en fournissant le soutien technique et financier, ainsi que la connaissance du marché, nécessaires à une transition réussie vers une gestion durable des zones de pêche en Afrique de l’Ouest. Ciblant huit pêcheries situées au Cap-Vert, en Mauritanie, au Sénégal et en Gambie, les partenaires du Projet Lead élaboreront des plans d’action pour chacune des pêcheries et développeront un mécanisme financier afin de soutenir ces pêcheries dans leur transition vers une gestion durable et une certification MSC.

Les pêcheries utiliseront les critères de durabilité du MSC pour définir les mesures nécessaires à l’amélioration de leurs pratiques et se préparer ainsi à une éventuelle certification. La cartographie et analyse des lacunes des pêcheries sur la base de la norme MSC seront utilisées pour identifier les domaines dans lesquels de telles améliorations peuvent être réalisées.

En parallèle, le Projet Lead identifiera des mécanismes permettant la mobilisation des fonds pour les pêcheries ciblées, liés à des engagements de progrès mesurable en matière de durabilité. Les acteurs de la pêche seront impliqués dans l’évaluation des flux financiers existants, l’estimation des besoins financiers et l’identification d’interlocuteurs pertinents en matière d’investissement. En même temps, les partenaires financiers, à capital concessionnel et/ou commercial, seront impliqués dès le début du projet afin de comprendre les modalités de financement ainsi que ses priorités et les procédures à suivre. L’objectif est d’identifier une structure qui réponde tant aux besoins du secteur de la pêche qu’à ceux des financiers et qui fasse dépendre le financement des progrès réalisés par les pêcheries sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Le Projet Lead a été lancé en octobre 2019, lors d’un atelier à Dakar, Sénégal (lien vers le rapport). Jusqu’à septembre 2020, les pêcheries participant au Projet Lead réaliseront deux types d’évaluation : (i) une pré-évaluation MSC qui analysera les pêcheries par rapport à la norme MSC, afin d’identifier les lacunes et de renseigner des plans d’action pour y répondre. (ii) une évaluation financière pour identifier les besoins de financement des pêcheries, notamment ceux associés à la transition vers une gestion durable.

À partir de 2020, en s’appuyant sur ces évaluations, le Projet Lead élaborera un instrument d’investissement dédié afin de soutenir et de renforcer la gestion durable des pêcheries en Afrique de l’Ouest. Celui-ci utilisera probablement une approche de financement mixte, où le capital concessionnel atténue les risques et mobilise le capital privé. L’instrument d’investissement aura un mécanisme d’assistance technique pour préparer les acteurs de la pêche ciblés à recevoir un investissement.

Sur le moyen terme, les résultats du Projet Lead sécuriseront et probablement augmenteront les revenus des pêcheries, avec des bénéfices socioéconomiques mesurables (par ex. des emplois directs et indirects et des formations) et permettront une gestion soutenable des ressources (par ex. le maintien d’espèces clés, l’amélioration de l’état de santé des écosystèmes). Dès lors, l’approche pourra être étendue à d’autres pêcheries et zones de pêche en Afrique de l’Ouest.

Pour un aperçu du Projet Lead, veuillez consulter notre brochure ici.

Article précédent

Retour

Prochain article