Blog invité – Carol Monoyios, WWF International

Par Carol Monoyios, Directrice Global Fundraising, WWF International

« … Nous nous focalisons dorénavant sur la pérennisation des résultats acquis par la fondation au cours de ces 25 dernières années, en obtenant des succès clés en matière de conservation d’ici à 2022 et en garantissant un héritage durable, par le biais d’une communauté de la conservation forte et active. » Mots de la Directrice générale de la MAVA, Lynda Mansson

Ces mots de Lynda m’ont profondément touchée, et je suis sûre qu’ils ont également touché les nombreux partenaires que la MAVA a soutenus pendant toutes ces années.

Des paysages terrestres et marins et de nombreuses organisations ont pu s’épanouir grâce au soutien de la Fondation. Mais en tant que partenaires ayant bénéficié du soutien de la MAVA, nous avons également le devoir de développer et renforcer une communauté active de la conservation.

Pour le WWF, cela signifie soutenir nos bureaux au niveau global, afin de veiller à ce qu’ils puissent tirer profit des résultats obtenus sur la durée à partir des financements de la MAVA. Dans certains cas, cela implique de travailler avec ces bureaux pour développer des programmes de collecte de fonds solides et qui leur sont propres, en saisissant les opportunités créées par des partenaires privés et publics, des donateurs et des philanthropes.

Dans d’autres cas, dans les pays et régions où la philanthropie est moins développée, il convient de travailler avec les bureaux concernés afin de développer un plan de financement durable basé sur des revenus plus diversifiés, sur des partenariats avec d’autres institutions, et sur le développement d’une crédibilité et de liens au niveau local en forgeant des alliances.

En tant que directrice Global Fundraising, mon équipe et moi-même offrons une expertise technique, un renforcement des capacités et des conseils pratiques afin d’aider les bureaux à saisir les opportunités qui pourraient se présenter à eux, à maximiser leur potentiel, à diversifier leur portefeuille de revenus ou à créer des partenariats. L’objectif n’est pas toujours d’atteindre une croissance des revenus, mais souvent il s’agit plutôt de garantir aux bureaux une base de financement durable, afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs en matière de conservation et d’organisation.

Voici quelques-uns des enseignements que nous partageons avec les bureaux du WWF et d’autres organisations sur la croissance et la durabilité :

  • Une croissance des revenus sans durabilité peut, dans les faits, augmenter les risques pour un petit bureau. Collecter de fonds en faisant partie d’une coalition, afin de partager les ressources, le financement et les risques, semble être une stratégie plus appropriée.
  • La diversification des revenus ne porte pas uniquement sur la réduction de la dépendance vis-à-vis des donateurs. Elle aide également à réduire les risques, à développer le portefeuille de donateurs, et stimule l’innovation, l’engagement et les opportunités de communication.
  • Des bureaux et des organisations autonomes et responsabilisés ont le pouvoir de tisser des relations solides au niveau local, d’avoir des partenaires et un financement robustes. C’est pourquoi nous introduisons au WWF un nouvel indicateur de performance pour les bureaux en Afrique, en Asie et en Amérique latine, autour de la part de revenus générés dans les pays et dans les régions mêmes.
  • Il y a très peu de canaux de collecte de fonds qui ont fait leurs preuves et qui fournissent des revenus non-affectés durables. Le meilleur moteur permettant de croître sans financements limitatifs (avec des fonds non-affectés) est la collecte de fonds de masse, mais elle coûte cher, et n’est pas toujours pertinente ou possible sur de nombreux marchés. Et malheureusement, comme nous le savons bien, les financements non-affectés importants et les dons sont rares ! Cependant, de nombreux bureaux et organisations ne mettent pas en œuvre de programme de recouvrement complet ou ne l’atteignent pas, ou ne démontrent pas un recouvrement des coûts direct et indirect auprès des bailleurs. Cela doit être la première étape.
  • Présenter un projet d’investissement auprès d’un donateur ou d’une fondation importante en faveur de fonds non-affectés est possible. Mais sans durabilité ou plan de diversification des revenus, c’est une opportunité potentielle ratée. C’est pourquoi nous travaillons aussi avec les bureaux implantés dans des marchés qui pourraient potentiellement élargir leurs activités de collectes de fonds, afin qu’ils cherchent des donateurs souhaitant investir dans le fonctionnement des organisations, plutôt que dans les programmes. Sur le long terme, cela pourra fournir des fonds supplémentaires pour le travail programmatique et créer une base plus durable.

Nous sommes curieux et impatients de connaître vos expériences et votre retour sur la création des plans de financement durable pour votre organisation. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez partager vos expériences avec d’autres : cmonoyios@wwfint.org

Retour

Prochain article