Les prélèvements d’eau sont la principale menace aux écosystèmes d’eau douce en Méditerranée.

Malgré leur grave impact écologique, des infrastructures hydroélectriques continuent à être construites dans les Balkans, en Turquie et dans la péninsule ibérique.

Nous cherchons à minimiser les impacts des prélèvements d’eau, des barrages et des autres infrastructures dans les bassins fluviaux, et à protéger et restaurer les écosystèmes d’eau douce en :

  • Comprenant l’écologie du bassin fluvial et les flux environnementaux ;
  • Mobilisant le public et influençant les politiques et les cadres juridiques ;
  • Encourageant l’implication dans la gestion intégrée du bassin fluvial ;
  • Démontrant les bénéfices de la restauration et de la protection des bassins fluviaux.
Douro River (c) Esporao

Géographie

Nous constatons dans nos trois bassins pilote des prélèvements d’eau non-durables à des fins agricoles et la construction d’infrastructures hydriques non-durables, qui incluent :

  • Un bassin transfrontalier avec des projets de développement d’un gros barrage d’un côté de la frontière, et un démantèlement de barrage de l’autre côté, qui pourrait profiter d’une approche à l’échelle du bassin (Douro/Duero, Portugal/Espagne)
  • L’une des dernières rivières sauvages en Europe est menacée par la construction d’un barrage, où nous encourageons un développement vert alternatif (Vjosa/Aoös, Albanie/Grèce)
  • Un bassin où l’agriculture est le principal consommateur d’eau, où nous encourageons une gestion intégrée de l’eau par la mise en place d’un fond pour l’eau avec les autorités locales et autres parties concernées (Sébou, Maroc)

Partenaires

  • Eco Albania
  • EuroNatur
  • GEOTA
  • GWP Méditerranée
  • MedINA
  • Medwet
  • RiverWatch
  • Society for the Protection of Prespa
  • TNC
  • Tour du Valat
  • UICN
  • Wetlands International
  • WWF

Focus sur l'un de nos partenaires

Au cœur de notre travail, des hommes et des femmes passionnés, dévoués à la mise en place d’une conservation de la nature efficace et durable.
Avec la communauté de la conservation, ils sont notre plus grand atout.

Eva Hernández
(c) ORCA Production

Eva Hernández

WWF
Notre plus gros défi est de changer les mentalités. Nous avons montré ce qui peut être fait différemment, mais le succès reste fragile.

Budget Annuel

La MAVA affecte 2 443 000 € par an à ce Plan d’action

Le budget annuel du Plan d’action est estimé à € 2 443 000

Contact

Luis Costa

Manager, Bassin méditerranéen

Liens

Retour au filtre