J’ai visité le Banc d’Anguin pour la première fois en 2003. Sa beauté a été une révélation. Pourtant, ce n’est pas un endroit connu. On en parle à peine à l’école ou à la télévision, même en Mauritanie. Lorsque je l’ai vu, j’ai su que j’avais une responsabilité envers ma famille et mon pays, mais je n’avais jamais pensé que je travaillerais et étudierais là-bas plus tard.

Mauritania (c) Hellio van Ingen

Un système d’avertissement précoce

Écosystème fascinant de vastes tourbières intertidales, point chaud de migration pour plus de deux millions d’oiseaux et habitat vital pour les tortues et la vie marine, le Banc d’Arguin est dominé par les herbiers marins. Bon indicateur de la santé globale de l’écosystème, ces prairies sous-marines font du Parc un système d’avertissement précoce mondial pour le changement climatique. Ayant analysé 40 ans d’imageries satellites, Sidi en sait probablement plus que n’importe qui d’autre sur les herbiers marins.

Le couvert des herbiers marins a augmenté depuis les années 1970, mais leur valeur n’est pas intégrée par les responsables ou les investisseurs. Le système est vulnérable. Un Banc d’Arguin sain est synonyme de pêche productive, de contrôle de l’érosion et de prospérité nationale : la conservation devrait être une priorité pour la Mauritanie.

Un trésor caché

Les recherches de Sidi aident à chiffrer la valeur économique totale du Banc d’Arguin. Connaître le potentiel de séquestration de carbone de ses herbiers marins ouvrira des possibilités pour les investissements en carbone bleu, et soutiendra la conservation. La révélation de ce trésor caché est depuis longtemps la motivation de Sidi, même si ce n’est pas une tâche facile.

Seagrass follow-up (c) Sidi Cheikh

Lorsque des chercheurs de l’université de Groningen ont visité le Banc d’Arguin, j’ai décidé de faire un doctorat. Je suis donc allé aux EAU en 2009, à la Dubai School of Government, pour étudier la communication publique et apprendre l’anglais. En 2012, je suis allé aux Pays-Bas.

Exploring mangrove of Banc d'Arguin (c) Sidi Sheikh

Pour l’amour de son pays

Les possibilités dans le domaine de la météorologie étaient restreintes lors de l’obtention de son diplôme en 1998, aussi Sidi est devenu professeur de mathématiques à Maaden, une superbe ville oasis isolée, dans le nord de la Mauritanie – le début d’un long voyage pour l’amour de son pays.

Si vous voulez accomplir quelque chose, il faut se lancer. J’aimerais changer la façon de fonctionner de mon pays. La vision des gouvernements est erronée – nous n’avons pas besoin de détruire la nature pour devenir riches ! Les gens doivent comprendre que la nature favorise les emplois et une bonne qualité de vie.

    Retour au filtre