Greenpeace a constitué une expérience extraordinaire – cela m’a aidé à canaliser et utiliser positivement ma colère, à combattre pour la justice sociale et les moyens d’existence locaux menacés par la surpêche des flottes étrangères. J’ai également réalisé à cette occasion que nous, Africains, devions nous responsabiliser, plutôt que de rejeter la faute sur les autres.

(c) RAMPAO

Consensus et engagement

Nommée Secrétaire générale du Réseau régional d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest (RAMPAO) en 2016, Marie-Suzanna a trouvé le travail de ses rêves, oeuvrant directement avec les communautés et les conservationnistes pour protéger les richesses naturelles de la région.

Depuis sa création en 2007, le Réseau régional d’aires marines protégées en Afrique de l’Ouest (RAMPAO) a réussi à augmenter le nombre d’aires marines protégées et apportant un soutien technique et financier. Cependant, un partenariat et une collaboration véritables faisaient encore défaut, et il était devenu prioritaire d’améliorer l’engagement du réseau, la participation et la recherche du consensus.

Nous voulions que les gestionnaires d’AMP, les populations locales et les gouvernements des sept pays du Réseau sentent un réel sentiment d’appropriation et se responsabilisent. Pour cela, il a fallu beaucoup discuter, voyager, faire preuve de tact – ce qui était très différent de mes années à Greenpeace – mais nos efforts ont été récompensés !

Une force de la nature

En seulement deux ans, Marie-Suzanna a transformé le RAMPAO, a remanié sa gouvernance, a développé des partenariats au niveau mondial, a renforcé son autonomie financière et l’a rendu véritablement dirigé par ses membres. Elle a également enregistré avec succès le Réseau auprès des autorités sénégalaises en tant que première association régionale d’États, AMP et communautés oeuvrant en faveur de moyens d’existence durables et de la conservation marine et côtière en Afrique de l’Ouest.

Marie-Suzanna est une femme forte et efficace, ce qui est encore rare dans le domaine de la conservation en Afrique de l’Ouest ; mais surtout sa passion pour les merveilles naturelles de la région, sa foi dans son peuple, et sa vision pour des écosystèmes résilients et des communautés vibrantes en font une vraie héroïne de la MAVA.

(c) RAMPAO

Mener une organisation en tant que femme en Afrique peut être difficile, mais ce qui est plus important que mon genre, c’est ma persévérance et ma croyance en mes convictions. Le succès du RAMPAO dépend du leadership des gestionnaires d’AMP, des communautés locales et des États membres – ensemble, sur un pied d’égalité, nous devons relever les défis qui nous attendent.

Cliquez pour en savoir plus et découvrir de quelle manière Marie-Suzanna et le RAMPAO participent à la réalisation du Plan d’action de la MAVA Rendre le développement des infrastructures côtières durables et Améliorer la gestion des stocks des petits pélagiques.

    Retour au filtre