Regard sur cinq enseignements tirés d’un quart de siècle de conservation dans les sites emblématiques de la MAVA

Par le biais d’une nouvelle série d’articles, Lynda Mansson, Directrice générale de la Fondation MAVA, porte un regard se voulant inspirant sur cinq sites naturels emblématiques soutenus par la Fondation et son distingué fondateur, Luc Hoffmann.

On dit souvent que partager le savoir est une façon d’atteindre l’immortalité.

Pour la Fondation MAVA, qui sera cessera bientôt ses financements après avoir soutenu pendant plus d’un quart de siècle une conservation de pointe dans des milieux naturels uniques, il s’agit là d’une proposition convaincante.

Partager notre histoire et ce que nous avons appris avec la communauté de la conservation au sens large, afin que d’autres puissent en bénéficier, est un honneur – et une obligation.

Les débuts et les sites emblématiques

La MAVA est née de la passion, de la vision et de l’aventure d’un homme, notre fondateur, Luc Hoffmann, un naturaliste extraordinaire qui croyait fermement en la valeur et en la protection de la beauté sauvage de notre planète.

De son vivant, Luc a été l’un des pères fondateurs de la conservation moderne, en aidant à la création du WWF ainsi que d’autres organisations de la conservation aujourd’hui bien établies, comme Wetlands International et l’UICN, et à la mise en place de la Convention de Ramsar sur les zones humides.

Son enthousiasme pour le monde naturel, et notamment les oiseaux, remontait à sa plus tendre enfance. Plus tard, alors qu’il faisait des recherches pour son doctorat en biologie, il est tombé sous le charme de la Camargue, cette zone humide unique située dans le sud de la France. Il y a établi la Tour du Valat, un institut de recherche biologique qui a ensuite inspiré des générations entières d’écologistes.

Outre la Camargue, Luc a aussi été séduit par d’autres sites naturels qui sont devenus emblématiques à l’échelle mondiale : les lacs Prespa en Grèce, Macédoine du nord et Albanie, le Parc national de Doñana en Espagne, le Banc d’Arguin en Mauritanie et l’archipel des Bijagos en Guinée-Bissau.

Créée en 1994 pour soutenir la conservation de ces sites ainsi que la conservation de façon plus générale, la Fondation MAVA est peu à peu devenue un bailleur essentiel de la conservation. Aujourd’hui, guidés par André Hoffmann, le fils de Luc, nous soutenons nos partenaires en Méditerranée, en Afrique de l’Ouest et en Suisse, et travaillons sur les thèmes de l’économie durable, du financement vert et de l’utilisation responsable des ressources naturelles.

Regard et inspiration

Vous avez peut-être déjà entendu parler de nous – ou peut-être pas. Nous avons toujours choisi de laisser nos partenaires parler eux-mêmes de leur travail – mais les temps changent, et en 2022 la Fondation MAVA fermera ses portes, comme l’avait planifié notre fondateur.

Créer une solide communauté de la conservation et encourager la collaboration ont toujours été nos priorités principales. Nous travaillons aujourd’hui avec nos partenaires sur le terrain afin de veiller à ce que leurs activités puissent continuer après notre départ, ce qui est crucial pour préserver notre héritage.

Dans cette série d’articles, nous voulons partager ce que nous avons appris suite à notre travail au sein de « nos » sites emblématiques : la Camargue, les Bijagos, Doñana, les lacs Prespa et le Banc d’Arguin – et vous présenter certains des acteurs remarquables qui y œuvrent.

Ces lieux uniques sont l’héritage de notre Fondation. Le travail de conservation qui y a lieu nous inspire encore aujourd’hui et nous avons bon espoir que d’autres personnes seront également motivées par ces sites dans le futur.

Nous avons encore le temps d’effectuer des analyses approfondies et de partager les leçons que nous en aurons tirées, et c’est ce que nous ferons. Aujourd’hui, nous voulons célébrer certaines des réalisations de nos partenaires et partager un regard sur les mesures de conservation que nous estimons réussies – l’application de bases scientifiques rigoureuses et la prise en compte des cultures locales, mais aussi le besoin de collaborations transfrontalières, de financements innovants, et d’un renouveau de nos rapports avec la nature.

Nous espérons que vous serez inspiré par ces articles et que vous les partagerez avec d’autres. Car pour servir à quelque chose, le savoir – comme l’argent – doit circuler.

Lynda Mansson, Directrice générale, Fondation MAVA


Pour lire les articles:

la Camargue

les Bijagos, Doñana, les lacs Prespa et le Banc d’Arguin – à venir bientôt!

 

Article précédent

Retour

Prochain article