Vautours percnoptères de retour au Portugal

Le projet de conservation LIFE Rupis, mené par l’organisation portugaise de protection de la faune sauvage Sociedade Portuguesa para o Estudo das Aves (SPEA) et financé par le Fonds LIFE de l’Union européenne et la Fondation MAVA, travaille dans la région transfrontalière du Douro en Espagne et au Portugal pour protéger et renforcer les populations de vautours percnoptères et aigles de Bonelli. Avec environ 135 couples nicheurs, la région abrite l’une des plus grandes populations de vautours percnoptères en Europe. Le projet LIFE Rupis vise à renforcer la population et à améliorer son taux de reproduction par la mise en place d’un réseau de postes d’alimentation, une amélioration de leur habitat et sites de nidification ainsi qu’en luttant contre les menaces d’électrocution via les pylônes électriques et l’empoisonnement illégal de la faune.

Tous les vautours percnoptères suivis par le projet Life Rupis depuis leur départ l’automne dernier sont revenus avec succès dans leur aire de répartition estivale de la région du Douro, à la frontière Espagne-Portugal. Ayant survécu à la période hivernale en Afrique de l’Ouest et à la difficile migration printanière, les vautours peuvent maintenant se préparer à une bonne saison de reproduction.

Ceci est une excellente nouvelle d’autant plus que l’un des adultes reproducteurs, Faia, n’avait transmis aucune donnée depuis le 6 septembre 2018, lors de sa migration dans le nord de l’Algérie, et que le jeune adulte Rupis (suivi depuis 2016) avait également été hors de portée de transmission pour une période prolongée. Heureusement, tous les oiseaux transmettent maintenant régulièrement des données et semblent se comporter normalement. Toutes les données sont disponibles sur le site web de la Vulture Conservation Foundation (VCF), montrant que Faia a passé la période hivernale dans des zones très reculées du sud de la Mauritanie.

La saison de reproduction 2019 sera particulièrement intéressante car le jeune adulte Rupis entre maintenant dans sa sixième année et pourrait avoir atteint sa maturité, tentant ainsi de se reproduire. Rupis est arrivé dans l’aire estivale de répartition 10 jours plus tôt qu’en 2018, laissant penser que l’oiseau trouvera un territoire de reproduction, mais seul le temps le dira. SPEA suivra de près les déplacements de tous les oiseaux tout au long de la saison de reproduction et jusqu’à ce qu’ils migrent de nouveau à l’automne. Espérons qu’ils se reproduiront avec succès et feront croître cette importante population transfrontalière de vautours percnoptères.

Ce projet fait partie du plan d’action de la MAVA visant à réduire la mortalité des oiseaux migrateurs dans la Méditerranée.

Article précédent

Retour

Prochain article