Fonds de l’eau du Sebou : Echanges entre le WWF Afrique du nord et TNC au Kenya

Le projet pour le bassin du Sebou au Maroc, qui entre dans le cadre du Plan d’Action sur les bassins fluviaux, a pour objectif de mettre en oeuvre une gestion intégrée du bassin par la mise en place d’un Fonds de l’Eau. Le processus de création du Fonds de l’eau a commencé en collaboration avec The Nature Conservancy (TNC), qui a réalisé une étude de cas réussie au Kenya.

Le WWF Afrique du Nord/Maroc et TNC ont organisé une visite d’échange au Kenya dans le cadre de la mise en œuvre du Fonds de l’eau du Sebou. L’objectif de la visite était d’en savoir plus sur le Upper Tana-Nairobi Water Fund et de sensibiliser les principales parties prenantes marocaines publiques/privées à l’importance de préserver l’intégrité écologique du bassin du Sebou. La délégation marocaine était composée de représentants des ministères, du secteur privé, des principaux acteurs de la société civile et des médias. Le Fonds de l’eau de Nairobi est le premier du genre en Afrique et a généré, en seulement cinq ans, de nombreux avantages pour les populations vivant dans le bassin versant, pour les résidents de Nairobi et pour tous les Kenyans.

Le WWF Afrique du Nord et ses partenaires ont également eu l’occasion de rencontrer les autorités kenyanes en charge de l’eau, qui ont présenté comment le débit environnemental a été mis en oeuvre de manière réussie dans la gestion intégrée des ressources en eau – la biodiversité est considérée comme un utilisateur prioritaire dans la loi kenyane sur les eaux. Au Maroc, l’objectif du WWF est de faire enregistrer la biodiversité en tant qu’utilisatrice de l’eau en intégrant le ‘débit environnemental’ dans les textes d’application de la loi 36-15. Au cours de la visite, le conseil d’administration et les bénéficiaires du Upper Tana-Nairobi Water Fund ont été très accueillants et ont partagé leurs histoires, leurs succès et leurs expériences pour des solutions durables.

Les principaux enseignements tirés de cette visite d’échange sont les suivants :

⇒ Le Fonds de l’eau sert de plate-forme globale englobant toutes les parties prenantes du secteur de l’eau et facilitant la communication intra- et extra-organisationnelle.

⇒ L’approche de solidarité Tap-Top (Downstream-Upstream) est fortement recommandée pour la conservation des ressources naturelles.

⇒ L’engagement des institutions publiques est primordial dans la mise en œuvre des Fonds de l’eau.

⇒ Les utilisateurs de l’eau et les autorités de Nairobi forment une unité unique qui assure la conservation des services écosystémiques.

⇒ La préservation des ressources en eau nécessite l’existence d’écosystèmes sains, d’une riche biodiversité et de cadres juridiques appropriés.

⇒ Les bassins fluviaux du Maroc ont besoin d’un mécanisme similaire pour pouvoir garantir une gestion intégrée des bassins hydrographiques et des ressources en eau, et pour contribuer à la conservation de l’eau douce et de sa biodiversité, ainsi qu’à la résolution des problèmes socio-économiques.

Article précédent

Retour

Prochain article